A l'intention des nouveaux arrivants sur le blog

Avertissement :

Ce blog, n’a aucune intention d’inciter les assujettis à refuser de se conformer aux prescriptions de la législation de la sécurité sociale, notamment de s'affilier à un organisme de sécurité sociale ou de payer les cotisations et contributions dues. Bien au contraire, ce blog réaffirme l’obligation de s’affilier à UN organisme de sécurité sociale, pour l’assurance maladie et l’assurance retraite, dans le respect des directives européennes et de leur transposition dans le droit français.

---

Face à l'afflux de demandes d'information je vous prie de bien vouloir consulter les différents sites d'informations listés à droite "pour en savoir plus" et en particulier les vidéos qui répondent aux questions les plus courantes.

Vous pouvez commencer par prendre des informations sur le mouvement des libérés et ensuite poser vos questions soit dans le groupe Facebook des libérés de la sécu ou dans le forum des libérés

Bien évidemment je vous invite à lire mon livre "Je quitte la Sécu" qui répond à nombres de questions juridiques, économiques et pratiques.

En dernier recours laissez moi un message par le formulaire contact.

mercredi 5 novembre 2014

De la solidarité vous en voulez ?

Comme cette histoire de solidarité reviens sans cesse, j’ai repris les bases de la Vème République et de sa Constitution :
Dans la version de 1958 en vigueur auparavant l’article 1er, parlant de la République, énonçait « La Communauté est fondée sur l’égalité et la solidarité des peuples qui la composent. »
Cet alinéa a été totalement supprimé dans la nouvelle Constitution votée en 1995 !
Actuellement, la constitution ne mentionne plus qu’une seule fois le mot solidarité au Titre 14 relatif à la Francophonie :
« La République participe au développement de la solidarité et de la coopération entre les États et les peuples ayant le français en partage. »
Si vous voulez de la solidarité, chiche, mais remettez là dans la Constitution !

6 commentaires:

  1. Oui sauf que dans ce cas la, pour une modification de la Constitution, il faut un vote et ils sont pas fous.

    La majorité en à ras le bol du racket eu pardon de la solidarité.

    Ils se feraient gicler.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo , magnifique recherche, je suis impressionné, les politiciens sont vraiment des lâches et se fiche du peuple.

    RépondreSupprimer
  3. Il faut également regarder le préambule de la constitution de 1946, régulièrement invoqué par les tenants du collectivisme, qui n'est pas abrogé (contrairement à la constitution de 1946) et qui fait partie du "bloc de constitutionnalité".
    Dans ce préambule la solidarité s'exerce "devant les charges qui résultent des calamités nationales" c'est à dire dire les intempéries type catastrophe naturelle (avalanche, inondations...). (alinéa 12). Quant à l'alinea 11, il mentionne "elle garantit à tous la protection de la santé..."
    http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=7&ved=0CFIQFjAG&url=http%3A%2F%2Fmapage.noos.fr%2Fmoulinhg02%2Feduc.civique%2Fsolidarite.nationale_fichiers%2Fsolidarite.nationale.ppt&ei=jYNjVMLdOdLWasqugMAO&usg=AFQjCNFfYVAjzkQ2Ps3uHupwqmZri9jVIQ&sig2=4BqIPARPBDfATkmdv9Amew&bvm=bv.79189006,d.d2s

    RépondreSupprimer
  4. Au lieu du blabla si tt le monde sortait dans la rue pour montrer nos mecontentements?

    RépondreSupprimer
  5. Intéressant de voir le décalage entre le Code de la Sécurité Sociale et la Constitution. Le terme de solidarité nationale apparait dans l'article L. 111 du Code de la sécurité sociale, pour la première fois en 1978, avec la généralisation des prestations familiales et la mise en place des régimes pour les ministres des cultes.
    Belle idée de la solidarité aussi quand on met en place la vignette automobile et le Fond National de Solidarité pour payer les pensions des plus de 65 ans n'ayant pas assez cotisés. Comme quoi l'automobiliste malgré sa pollution est solidaire.

    RépondreSupprimer
  6. Ce Monsieur FATOME, fonctionnaire de métier, qui nous menace de devenir chômeurs, voir d'aller en prison...sait-il que notre activité économique est DEJA catastrophique ? Nous devons payer presque la moitié de ce que nous gagnons au RSI, pour avoir simplement le droit de payer une assurance santé et retraite complémentaire (privées) tant les droits qui nous coûtent si chers sont ridicules...Dire que j'ai reçu il y a un an un flyer du RSI qui s'engage dorénavant à répondre à 80% des
    demandes....Perso, le type qui se contente de ne faire que 80% de son
    boulot (et qui en fait la pub à nos frais), je le vire. Si tous les indépendants, du jour au lendemain, décidaient de jeter l'éponge, vous
    auriez 2 fois plus de chômeurs. Savez vous également qu'en ce moment, 1/4 des faillites sont des faillites d'artisans ? Nous sommes en train de crever, et lorsque les gens n'ont plus rien à perdre, ils vont dans la rue, ils rejettent le système, ils se révoltent....Le prétexte de la
    solidarité à bon dos, car si je dois crever pour permettre à un autre de
    vivre alors ce système est confiscatoire et anti-solidaire, tout
    simplement. Nous sommes, nous, entrepreneurs, systématiquement punis pour avoir eu le courage de créer une entreprise, de créer des emplois que vous, énarques, êtes incapables de comprendre et de sauver. Fermons l'E.N.A., reconnaissons l'abolition du monopole de la sécu, et là, je considèrerais que nous sommes (enfin) en démocratie. Bref, si nous voulons quitter la sécu, c'est JUSTEMENT pour sauver notre existence, pas pour se remplir les fouilles.

    RépondreSupprimer